Frontaliers Particuliers Entreprises
L’EUR CHF saute sans filet

L’EUR CHF saute sans filet

Publié le 05 January 2024 Temps de lecture < 19 min.

Bonne année à tous, Les équipes de Ben S. Digital Change et Ben S. Shop and change, ravies de vous retrouver, vous souhaitent une bonne et heureuse année 2024, espèrent que vous avez passé de merveilleuses fêtes de fin d’année, et que vous êtes aussi en forme pour commencer la nouvelle année…

... Que notre franc suisse.

Nos meilleurs vœux vous accompagnent. Avec ou sans Alka Seltzer.

Vous l’aurez sans doute remarqué :

Entre les deux réveillons, la paire EUR/CHF a touché un nouveau seuil autour de 0.9300 EUR CHF, cours pivot actuel, et semble s’y accrocher. Les taux de change de l’EUR CHF n’ont jamais atteint de telles profondeurs, et, souvenez-vous, certaines banques et certains analystes que nous citions dans le courant de l’année 2023 avaient même décrypté pour nous les causes pour 2024 d’une paire de devises qui finirait sur un cours de change proche de 0.9000 EUR CHF. Le chemin emprunté par le franc suisse parait pour le moment leur donner raison. Mais la Banque Nationale Suisse n’a pas d’intérêt à garder le franc suisse beaucoup plus bas.

Un franc suisse vaut cher

Dans cette première analyse hebdomadaire de l’année sur l’évolution de l’EUR/CHF, nous nous demanderons pourquoi le franc suisse est si fort. L’économie suisse résiste et ce, grâce à une inflation moindre en Suisse que chez nos partenaires.

En 2023, le monde de l’économie et de la finance a fait face à de nombreux défis, à des chocs géopolitiques et financiers tendus, et à une crise environnementale en devenir.

Malgré tout, dans ce monde qui se fracture, de nombreux économistes signalent les formidables opportunités d’investissement qui se dessinent encore. Pour peu que le plafond du cycle de taux d’intérêt, qui pilote entre autre une bonne part de l’évolution de la paire EUR CHF, contribue à un atterrissage en douceur de nos économies. Pour ceux des financiers et acteurs de l’économie qui investiront leurs liquidités en actifs privés, les rendements diversifiés semblent déjà très prometteurs, grâce aux mutations de l’économie traditionnelle. L’intelligence artificielle en tête, l’orientation vers des modèles énergétiques renouvelables et décarbonés, les technologies quantiques et toutes ces nouveautés qui ont porté les marchés en 2023, offrent des perspectives intéressantes pour 2024.

Le franc suisse fait son lit en portefeuille

L’une des valeurs sures et rémunératrice en 2023, était donc le franc suisse, qui a rapporté bien plus que les livrets de certaines banques à ceux qui ont eu la chance de pouvoir investir en devises une partie de leur portefeuille sur le long terme. Mais c’est entre noël et nouvel an, que le père noël a fait chuter dans la cheminée les taux de change moyens de l’EUR CHF. Le taux de change de l’EUR CHF gâtant ainsi les voyageurs suisses en vacances et les frontaliers qui convertissent leurs salaires du franc suisse à l’euro, prime comprise, a fait un bon de 150 pips. D’après Thomas Stücki, expert devises à la Banque Cantonale, de nombreux facteurs sont à l’origine de ce renchérissement du franc suisse.

Le principal est l’inversion de posture des investisseurs qui ont spéculé sur un franc suisse à la baisse, et qui en fin d’année, doivent solder leur position. A une période de vacances pendant laquelle il n’y a que très peu de volume de change sur les marchés devises. Ils retournent alors leur investissement et vendent des EUR CHF ou des USD CHF, ainsi que d’autres paniers de devises. De sorte que les cours de l’euro et du dollar, pour ce qui est des principales devises, s’affaiblissent considérablement face au franc suisse dont le taux de change bat des records.

Grande quinzaine de l’EUR CHF :

Nous nous étions quitté sur un taux de change déjà impressionnant de 0.9400 EUR CHF. A l’heure à laquelle nous écrivons ces lignes, la paire de devises s’échange à 0.9305 EUR CHF sur le marché des changes. Cette semaine, elle est bien ancrée autour d’un cours pivot à 0.9300 EUR CHF. L’EUR CHF a connu son apogée sur la quinzaine le jour de noël à 11h00, alors que les marchés étaient fermés. Le plus bas historique pouvant figurer dans le livre des records était de 0.9255 le 29/12/2023 à 13h30. Mais les records sont faits pour être battus. Depuis, malgré quelques escapades près des 0.9270 EUR CHF, l’EUR CHF reste sur les 0.9300. Ce sont les soldes, avant les soldes pour les acquéreurs d’euros contre francs suisses.

Cours du franc suisse sur l’année passée

Le franc suisse n’a cessé d’augmenter face au taux de change des principales devises, ou pour le moins n’a pas baissé face aux plus solides. La hausse soudaine qui a poussée l’EUR CHF dans ses retranchements ne doit pas être sous-estimée, de par la multiplicité des facteurs qui entrent en jeu.

Si le cours de change moyen de l’EUR CHF est passé sur l’année 2023, de 1.0070 EUR CHF, à 0.9650 jusqu’à fin novembre, soit 4% de baisse, la hausse du franc suisse l’a poussé jusqu’au seuil des 0.9270 un mois plus tard. Soit encore 4%. Convertir des devises en francs suisses fin 2022, n’était donc pas une mauvaise affaire. On pourra difficilement égaler ce score en 2024.

Ça chauffe pour la planète.

La violence de la conjoncture géopolitique actuelle, conflit au proche orient et en Ukraine, risques pour le passage du trafic maritime en mer rouge et échauffements des puissances en mer de Chine, mauvaises récoltes, hausses à venir de certaines denrées agricoles, peuvent faire basculer la tendance boursière de fin d’année 2023 qui a déjà entamé son retournement. Voilà un autre facteur de renchérissement du franc suisse face aux principales devises. Sans parler de la volonté des BRICS et de leurs alliés, de créer une devise alternative au dollar et aux principales monnaies qui pourrait dévaloriser celles-ci.

Le franc suisse face aux autres devises

C’est sans compter sur le fait que le dollar américain, -10% sur l’année face au franc suisse, l’euro -8% donc, la livre sterling -6%, et surtout le yen japonais -19% qui ont reculé par rapport à notre franc suisse représentent à eux cinq, 67% des transactions de change dans le monde à l’heure actuelle. La part du franc suisse parmi ces devises, prend de l’ampleur. On les nomme ainsi le groupe de monnaies de référence.

Le destin des devises

Les taux d’intérêt très supérieurs dans ces économies, par rapport aux taux d’intérêt suisses, et qui baissent beaucoup plus vite, expliquent également l’attrait pour notre devise. Quand les taux d’intérêt d’un pays diminuent, la devise de ce pays suis généralement la même tendance. D’où la hausse mécanique du franc suisse.

Des devises étrangères tributaires…

Un autre groupe de devises est tributaire des cours des biens et matières d’exportation qu’ils produisent. Citons la couronne norvégienne, dont le cours de change est étroitement lié aux exportations d’hydrocarbures. Moins que celles du saumon. J’espère d’ailleurs que vous avez eu le plaisir de vous délecter de mets de choix pendant les fêtes. Les dollars australiens et canadiens voient également les taux de change de leurs devises évoluer au gré des cours de leurs produits d’exportation. La Chine dont l’économie est en difficulté et dont les exportations reculent, a vu le taux de change du Yuan renminbi reculer de 18% également face au franc suisse, entre autre. La Chine maintient volontairement sa devise à un taux de change très inférieur à sa valeur à dessin de favoriser ses exportations. Mais bon nombre de devises en 2023 ont été touchées par le ralentissement de l’économie mondiale, ce qui a favorisé le taux de change du franc suisse.

Mais n’a pas du tout aidé les exportations suisses vers « l’empire du milieu ».

Le franc suisse est-il trop fort ?

Toujours d’après Thomas Stücki, le franc suisse, qui devrait rester fort, malgré quelques soubresauts, ne constituera pas un facteur de risque pour la bonne santé de l’économie suisse, tant que l’inflation chez nos partenaires, sera plus aigüe qu’en suisse. Monsieur Stücki ne croit pas en une intervention de la Banque Nationale Suisse dans l’immédiat, pour stabiliser notre devise. L’institution d’après lui, ne devrait pas vendre de francs suisses tant qu’elle n’a pas la certitude que l’inflation suisse est parfaitement maitrisée. Toujours selon lui, l’économie suisse peut encore encaisser une augmentation de 1 à 2% face au dollar américain ou à l’euro. Ce qui nous rapprocherait de notre cours de change de 0.9000 EUR/CHF tel que l’avait prédit certaines banques au premier rang desquelles, UBS, l’été dernier.

D’après Niklaus Vontobel et Florence Guichard en revanche, c’est l’attente de baisses de taux d’intérêt au Etats-Unis et en Europe qui boosterait le cours de change actuel du franc suisse. La Banque Nationale Suisse ne baissera probablement pas si vite et si fort ses propres taux, que ne le feront ses partenaires. De fait, avec son taux directeur à 1.75%, et grâce à une meilleure conjoncture en suisse qu’en zone euro par exemple, la BNS a beaucoup moins de chemin à parcourir. Le consensus table sur une baisse de 0.75 points en 2023 ce qui laisserait le taux aux alentours de 1%. (Source UBS). Citons enfin Luc Luyet de Pictet & Cie, pour qui les objectifs de la BNS atteints, l’EUR/CHF n’a plus de supports pour une hausse du franc suisse. La banque voit un franc suisse à 0.9500 EUR/CHF d’ici Pâques, et 0.9900 EUR CHF pour le Noël prochain. C’est ici l’avis de Pictet.

Tout cela part du postulat que l’inflation continuera à diminuer, que les routes maritimes ne seront pas menacées, que l’économie chinoise ne s’effondrera pas, que le secteur de l’intelligence artificielle continuera à porter les marchés… sans parler des cours du pétrole et des denrées alimentaires. Et de l’humeur des dirigeants de la planète. Un grain de sable peu gripper le moteur de la croissance.

Quelques fondamentaux

SMI

Le Swiss Market index de Zürich n’a pas le moral en berne en ce début d’année, sans jeu de mots aucun je vous l’assure. Les marchés sont dans l’attente de grandes occurrences telles que l’évolution de la situation géopolitique. La FED aux Etat Unis a notoirement refroidi l’atmosphère d’euphorie qui avait marqué les derniers mois de l’année, en relativisant ses « promesses » de baisses de taux d’intérêt directeurs dans des délais rapides et les proportions prévues.

On notera les performances hier du groupe Kühne und Nagel, +2.2% avec un bénéfice par action de 5.48 chf, et un chiffre d’affaire également beaucoup plus important qu’attendu. Ainsi que celui d’UBS, 1.7%. A l’inverse, Givaudan perdait sur la séance de jeudi 1.5%, suite à la dégradation de sa note par un analyste.

Le SMI que nous avions quitté à 11000 points accroche à présent 11180 points, un peu en baisse ce matin.

Cours du brent, pétrole brut en mer du nord

Toujours impacté par les tirs de missiles et les attaques de drones en mer rouge, les cours du pétrole ne se sont pas pour autant envolés. Le cours du brut bénéficie encore de la surproduction fractale des pétroles de schiste aux USA. Mais attention ! CMA CGM annonce le doublement de ses tarifs au 15 janvier. En clair, cela s’signifie que lorsque vous achèterez un produit fabriqué en Chine par exemple, les coûts de transport auront doublé ! Et l’on nous promettait un recul de l’inflation et des taux d’intérêt ? Le pétrole devrait donc augmenter dès lors que ces surplus auront été consommés.

En attendant, grâce à eux, l’or noir se maintient un peu sous les 80 dollars le baril, à 78 dollars. Soit, au niveau où nous l’avions quitté pour aller festoyer, ou nous reposer d’une année 2023 très particulière. Mais gare aux évènements et aux risques en suspens. Les marchés restent vigilants.

OR

L’or cote bien au-delà des 2000 dollars l’once. A 2040 dollars l’once, le métal jaune reste proche de ses records. Voilà près d’un mois qu’il se maintient bon an mal an à ce niveau. Une barre de métal jaune 999/1000èmes cote 55900 francs suisses, tandis que le vreneli, pièce de 20 francs suisses (6.45gr dont 5.80gr d’or pur) cote 329 francs suisses, et son cousin le napoléon, de même caractéristiques, mais sans doute plus demandé cette semaine, 335 francs à la bourse de Londres. L’or pourrait bien monter encore, et nous vous en avions parlé, certains professionnels du secteur affirment avec force d’arguments que l’once atteindra 2600 dollars à l’horizon 2025.

En attendant, si l’investissement vous attire, sachez que les Emirats Arabes Unis disposent de distributeurs d’or. Le premier distributeur d’or fourni par la société allemande Gold To Go vous permet depuis 2010 d’effectuer un retrait en espèces ou par carte, de pièces d’or ou de lingots, lingotins et or d’investissement. La machine comprend un choix de 320 variétés de produits, certains personnalisés, pour un montant total de 1150000 CHF. Tous les produits sont emballés dans des scellés garantissant leur qualité. De quoi faire de beau cadeaux sans courir les magasins. 15 autres distributeurs dans le monde offrent cette possibilité. Ils sont situés en Floride, à Londres ou Madrid, dans des hôtels de luxes ou des aéroports, comme celui de Frankfort.

La banque commerciale de Pékin, a offert la possibilité d’acheter jusqu’à 2,5 Kg d’or pur tandis qu’en Inde, vous pourrez acquérir des bijoux en or pur et en pierres précieuses en libre-service. De quoi faire de beau cadeaux sans courir les magasins.

Or digital et autres cryptomonnaies

On a beaucoup prétendu cette rentrée que le bitcoin avait subi un krach. Je ne vois pas personnellement où se situe la faille. Le roi des crypto monnaies après une chute très brève, est « retombé sur ses pattes ». Nous l’avions quitté à 44000 dollars, pour déguster des buches, ou nous chauffer avec, selon, et nous le retrouvons à 43600 dollars, soit 37100 francs suisses au cours de change du jour.

La capitalisation totale du secteur n’a elle, que peu variée puisqu’elle se maintient à 1,66 trillion de dollars, et je vous épargne la conversion.

Un bitcoin, qui valait moins d’un centime en 2009, vaut donc aujourd’hui l’équivalent de deux tiers d’un kilo d’or pur.

Idée cadeau Ben S Solutions de Change

Si vous n’avez pas les moyens d’offrir un bitcoin, ou d’accéder à un distributeur de lingots d’or, pourquoi ne pas offrir un billet de 1000 francs suisses ? Nous plaisantons bien sûr, mais...

Les fêtes sont passées me direz-vous.

Le saviez-vous ?

Au cours des deux dernières années, plus d’un tiers des suisses gardaient par de vers eux une ou plusieurs coupures de 1000 francs suisses. J’avoue que c’est mon cas. La fourmi, ainsi appelé malgré les changements de séries et d’illustrations sur les billets de 1000 CHF, depuis qu’en 1976, la BNS avait représenté une fourmi en référence la valeur du travail, la fourmi donc, est le billet de banque à la plus grosse valeur faciale au monde, devant le billet de 1000 dollars Singapour. On l’utilise toujours lors de transactions importantes, mais de moins en moins de gens s’en servent dans la vie courante.

Il ne circule plus, ou fini le plus souvent dans les coffres des banques, des compagnies d’assurances ou fonds de pension. Si avec un billet de 1000 francs suisses, de passage au bureau de change vous vous retrouvez avec une liasse de billets pour un montant aujourd’hui de 1060 euros ou 1150 dollars environ, selon le cours de change, il vous sera peut-être plus difficile de l’épargner ou de l’utiliser dans la vie courante. Une personne sur dix possédant une ou plusieurs coupures de 1000 francs suisses les thésaurisent.

Un grand nombre de ces billets ont ainsi disparus de la circulation. Très certainement dans les coffres d’une banque, d’un fond de pension. Très souvent à l’étranger où le franc suisse est extrêmement populaire. Et à l’approche des fêtes, chaque fin d’année, la demande pour les coupures de 1000 CHF explose. Tobias Trütsch, chercheur de l’université de Saint Gall, pense que de grandes quantités de cadeaux sont faites en liquide, ou pour payer moins d’impôts, dans le cas de riches resquilleurs.

Celui-ci nous apprends qu’un million tient dans un tetrapack d’un litre. Je ne peux m’empêcher d’y penser en allant chercher mon pack de lait à la coop.

Tant que les taux d’intérêt restent élevés, l’argent travail mieux sur les comptes, que dans ou sous les matelas.

Pour conclure :

Nous vous l’avions rappelé il y a quinzaine, les impôts minimaux sur les bénéfices des sociétés passent à 15%. Mais le salaire minimum à Genève augmente lui aussi. C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui sont au minimum, celui-ci passe donc de 4368 francs suisses par mois, à 4426 francs suisses.

Il s’agit du salaire brut bien entendu. Et puisque l’on parle d’argent, parlons d’une bonne galette (référence à l’argot, syn : magot, grisbi)

Bonne galette des rois à tous ceux qui la pratiquent, je vais de ce pas en préparer une pour mes gentils collègues, sans oublier la fève et la couronne. A la semaine prochaine, pour faire un point sur la paire de devises EUR/CHF.

Toute l’équipe de Ben S Solutions de Change vous remercie de votre fidélité, et vous réitère nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

X.C.

Titanic, l’iceberg était trop gros

Titanic, l’iceberg était trop gros

Publié le 24 March 2023 Temps de lecture < 3 min.

Nous nous retrouvons depuis trois semaines dans une ambiance de faillites bancaires, et de craintes de crise financière.

Lire la suite >>
L’EUR CHF au féminin

L’EUR CHF au féminin

Publié le 08 March 2024 Temps de lecture < 18 min.

Aujourd’hui, vendredi 8 mars, journée de la femme.

Lire la suite >>
Crédit Suisse à crédit

Crédit Suisse à crédit

Publié le 17 March 2023 Temps de lecture < 12 min.

Nous nous sommes quittés dans un monde économique secoué mais plus stable la semaine dernière, jusqu’à jeudi dernier.

Lire la suite >>
87 milliards de francs suisses, en grosses et en petites coupures

87 milliards de francs suisses, en grosses et en petites coupures

Publié le 28 April 2023 Temps de lecture < 10 min.

Nous nous sommes quittés la semaine passée, avec une paire euro contre franc suisse, qui s’échangeait à 0.9822.

Lire la suite >>

Essayez Ben S. Digital Change

Inscrivez-vous simplement, gratuitement, et sans engagement.

Inscription gratuite et sécurisée

Une question sur nos services ou sur notre plateforme numérique ? Nous vous invitons à consulter notre FAQ. Cette dernière répertorie l’ensemble des questions récurrentes.

FAQ

Vous ne trouvez pas la réponse dans notre FAQ ?

Pas de Panique ! Notre équipe est en mesure de répondre à l’intégralité de vos questions avec le sourire, par e-mail ou par téléphone.