Frontaliers Particuliers Entreprises
Le grand écart de l’EUR/CHF

Le grand écart de l’EUR/CHF

Publié le 03 November 2023 Temps de lecture < 15 min.

En cette veille de week-end bien arrosé, d’eau bien sûr, nous déconseillons de faire du surf en Bretagne cette fin de semaine. (Sur le lac Léman à la rigueur… Mais le taux de change de l’EUR/CHF fera lui, plus de vagues).

Bonjour à tous,

En revanche, notre région est momentanément épargnée par les ouragans. 1,5 degré de trop, c’est de l’humidité en plus, donc plus de précipitations lorsque les orages éclatent.

Sur les marchés des changes, les perturbations provoquent ces dernières semaines des hausses et des baisses qui font le bonheur des traders prévoyants (ou voyants).

Une décision importante pour le taux de change de l’EUR/CHF était attendue en milieu de semaine.

La Fed, la banque fédérale américaine a conservé pour la troisième fois consécutive ses taux d’intérêt directeurs inchangés cette semaine. Il semble, devant la fébrilité des marchés, que les banquiers centraux ont mis fin au cycle brutal de hausses de leurs taux d’intérêt destinés à juguler l’inflation. Jérôme Powell a tout de même précisé que la réserve Fédérale se réserverait la possibilité d’intervenir dans le cas de nouvelles hausses de l’inflation.

Apaisement

Le Trésor américain a dévoilé son plan de financement à long terme. Celui-ci est allégé par rapport aux prévisions et aux attentes. Une augmentation du volume d’émissions des titres de dettes du trésor américain était le scénario envisagé par un consensus d’experts. Ces derniers craignaient que le débat entre parlementaires, à la chambre des représentants à Washington, ne ressurgisse de plus belle. Du fait de cette annonce, le pourcentage des rendements obligataires a commencé à diminuer. Mais il reste au-dessus de 5% pour les « bonds » du trésor américain.

Dans les pas de la FED

Fidèles à leur habitude, les marchés accrochés aux décisions de politiques monétaires des banques centrales ont réagi avec vigueur à la hausse, les valeurs technologiques américaines au-devant. Avec bien sur l’IA, les valeurs de l’intelligence artificielle en tête de gondole. Les places boursières ont rattrapé une partie de leurs pertes du mois d’octobre. Mais ce n’est pas encore l’euphorie. Les investisseurs restent suspendus aux résultats à venir des chiffres de l’inflation. Pour citer l’économiste rédacteur en chef chez Zone bourse, Anthony Bondain : « La servilité des investisseurs vis-à-vis de la Fed est souvent difficile à comprendre vue de l'extérieur, mais elle est réelle. La tectonique des taux est le principal déterminant du monde financier, même s'il avait eu tendance à l'oublier lui-même après 15 ans d'argent gratuit. » Dans une dizaine de jours, les chiffres de l’inflation de septembre seront dévoilés et influeront très probablement sur la tendance des marchés.

Le franc suisse et l’or dans une moindre mesure, valeurs refuge, ont reculées. Le dollar en a fait de même face au franc et à l’euro.

La semaine de l’EUR/CHF

EUR/CHF

Après un taux de change plancher à 0.9418 EUR/CHF, atteint vers les débuts de cette nouvelle guerre au proche orient, et une remontée progressive depuis mi-octobre, nous avions quitté l’EUR/CHF sous la limite des 0.9500 EUR/CHF, avec un taux plancher sur les 7 derniers jours, de 0.9487 EUR/CHF, vendredi dernier. Ayant atteint les 0.9630 EUR/CHF, le taux de change de la paire a subi une variation de près de 150 PIPS en 7 jours. L’intervention de la BNS, qui n’a pas laissé indéfiniment le franc suisse s’enfoncer et la hausse des marchés action ont eu raison de ce franc suisse si fort en période de tourmente.

Pour la semaine, nous avons donc un plus bas lundi à 0.9518 EUR/CHF, et un plus haut qui avoisine 0.9633 EUR/CHF aujourd’hui.

USD/CHF

Les taux de change de la paire USD/CHF, et EUR/USD, ont eux, cédé du terrain, le dollar étant affaibli par la hausse des rendements obligataires de la dette américaine. Dette qui est proche de 23500 milliards de dollars (23500000000000), pour 331 millions d’américains. Soit 71000 dollars par habitants. Les américains vont donc devoir payer les pensions des retraités chinois et japonais par exemple, pour rembourser leur dette. Ce qui n’empêche pas l’économie des USA de performer alors que celle de l’Europe ralentie voir même, pour l’Allemagne, est en récession inquiétante. L’USD/CHF est désormais à 0.9050 USD/CHF, tandis que l’euro, sur le marché des changes, s’échange à 1.0650 EUR/CHF contre le dollar. Nous avons d’ailleurs constaté une progression des achats de dollars sur l’ensemble de nos bureaux de change Ben S.

Si vous désirez suivre en direct l’évolution de la dette américaine :

www.compteur.net/compteur-dette-usa

Un point sur les marchés

Swiss Market Index

Il y a dix jours, tout le monde avait le moral en berne. L’index de la bourse de Zurich a opéré une remontée régulière depuis le début de la semaine. Les bourses du monde entier semblent se rassurer par rapport à l’évolution du contexte géopolitique, et surtout, à l’évolution des taux d’intérêts directeurs des banques centrales. Ces dernières, FED en tête, voyant leurs économies respectives fragilisées par la hausse des taux et l’inflation ont mis un frein à leurs politiques monétaires agressives.

Le SMI parti ce lundi de 10300 points, a pris 3%, dans la semaine pour se fixer ce matin à 10600 points. Le CAC40 a renoué avec les 7000 points avec une performance notable de +1.85% hier à 7060, suivant ainsi le Dow Jones et le Nasdaq avec des progressions quasi- similaires. Le SMI s’étant raisonnablement contenté de 0.85% de hausse sur la seule journée d’hier.

Le pompier Jérôme Powell

Le discours de Jérôme Powell a rassuré les investisseurs et les marchés. Il reste mesuré sur une éventuelle nouvelle hausse des taux à venir. Et a annoncé que les forts rendements du marché de la dette issue de la hausse des taux d’intérêt, avaient contribués à réduire l’augmentation des prix et de la main d’œuvre.

Il ne sera donc probablement pas besoin d’un ultime tour de vis, du point de vue des investisseurs. Et si les places financières progressent, les valeurs refuges refluent avec un franc suisse contre euro en baisse de 200 pips par rapport au milieu de mois, et un cours de l’once d’or également en léger repli, mais dans une moindre mesure.

-200 pips pour l’EUR/CHF

On peut imaginer contre la tendance du mois passé, renouer avec la bonne santé du début de l’été. Si aucuns nuages ne viennent s’amonceler.

Cours du brut

Parti de 90 dollars le baril en début de semaine, à 84.5 mercredi, le baril de brut en mer du nord cote actuellement 86,76 dollars. Les fortes variations de l’or noir sont dues au recul de la demande en Chine. Le pays qui voit ses perspectives de prendre le leadership économique mondial constate que ses chances s’éloignent malgré les plans de relance du pouvoir chinois, qui se succèdent. La demande intérieure étant en recul.

En conséquence, Exxon Mobil est en passe d’annoncer une diminution de 20 % de son chiffre d'affaires pour le troisième trimestre comparé à l'année dernière. La cause en est le recul des coûts de l'énergie, selon les sources de l’institut LSEG.

Chevron doit annoncer également un bénéfice par action de 3,34 dollars pour la même période, signant une diminution de ses bénéfices 2023, comparé à 2022, de 42% en raison de la contraction des tarifs de l’énergie.

Avez-vous ressenti ces baisses à la pompe ?!

L’or

Le cours de l’once d’or se tasse à 1986.7 dollars, avec même, une progression hier. Le Vreneli 20 francs suisses vaut actuellement 355 francs suisses, contre 357 pour son cousin français. L’euphorie mesurée des marchés n’efface pas les craintes géopolitiques et de défaut de dette, souveraine et bancaire, et les investisseurs gardent la tête froide. Notons la performance de la pièce de 20 dollars or, qui est passée de 1800 dollars en début d’été, à 2060 aujourd’hui. La demande est forte et la cotation avait même été suspendue un temps du fait de la rareté des vendeurs. C’est à présent le cas de la pièce de 10 dollars or, introuvable apparemment.

Jusque dans les années 30, les billets libellés en dollars étaient silver certificate, ou gold certificate. (certificat argent ou certificat or). C'est-à-dire adossés à leur valeur argent ou à leur valeur or, et échangeables, pour un billet de 20 dollars par exemple, contre une pièce d’or de 20 dollars. On voit rarement mais rarement, ces billets silver et gold certificate ressurgir au guichet de nos bureaux de change, amenés par des clients. On dit généralement que le dollar a perdu 99% de sa valeur en un siècle. En voilà peut-être la preuve. 2000 dollars pour une pièce de 20 dollars or.

Cryptomonnaies

Fixé depuis le 24 octobre entre 34000 et 35000 dollars, le cours de la star des cryptos monnaies est plutôt stabilisé, hormis un pic à 35700 dollars hier, jeudi. Le bitcoin a profité de la situation géopolitique actuelle. Il vaut actuellement 34200 dollars soit 30950 chf au taux de change du jour.

On notera également l’excellente performance du RIPPLE (XRP) sur la semaine, près de 9%. La cryptomonnaie qui capitalise 32 milliards de dollars, est utilisée par de nombreuses banques pour effectuer des transferts immédiats, parmi lesquelles UBS, et HSBC étaient les précurseurs.

La Banque Nationale Suisse lance d’ailleurs aujourd’hui sa première monnaie numérique à l’usage des grands établissements financiers. Ils pourront s’échanger des titres de dette tokénisés, selon le principe de réciprocité de contrepartie. Paiement contre livraison. UBS toujours, ainsi que 6 autres établissements bancaires se lancent dans l’expérience, qui a valeur de test.

Le volume total des cryptos monnaies traditionnelles se monte à 1280 milliards de dollars. (1157 milliards de francs suisses au taux de change du jour). En progression depuis deux mois. Pour comparaison, rappelons qu’il y a 1450 milliards d’euros en billets et en pièces, en circulation dans le monde, 87 milliards de francs suisse pour la Suisse. (Soit 10800 CHF par habitant, mais répartis de manière très inégale).

Too big to fail ? or not to big to fail? That is the question

Afin d’éviter une aventure comparable à ce qui est arrivé en début d’année au Crédit Suisse, La BNS et les instances de régulation Suisses, en collaboration avec les acteurs du secteur bancaire, cherchent une solution.

Certes tout semble momentanément mener à une accalmie par rapport aux craintes qui émanaient du marché le mois dernier encore. Le marché du travail est au beau fixe, l’inflation stabilisée, et la première économie de la planète en super forme. Chez nous, une enquête de travail Suisse nous apprend que 820’000 suisses veulent changer d’emploi.

La moitié des suisses ne craignent pas de perdre leur emploi, et bien que le taux de chômage à Genève soit le plus important de Suisse, la Suisse reste à 2% de chômeurs parmi la population active, chiffre inchangé.

Mais dans un monde où tout est possible sans coup férir, le risque de défaut bancaire perdure.

C’est le coup de tonnerre de la semaine financière.

Les autorités suisses de régulation envisagent de proposer aux parlementaires de nouvelles règles pour remplacer le cadre législatif : too big to fail.

L’idée

Afin d’éviter un banque run en cas de défaut d’une banque, et au cas où tous les clients viendraient chercher leur argent au même moment, les autorités suisses, tiennent à empêcher des retraits mettant en péril la survie de la banque. Comme ce fut le cas avec le Crédit Suisse en début d’année. Les dirigeants établissent actuellement de nouvelles règles, ou tout au moins y songent fortement.

-Il s’agirait d’échelonner les retraits des comptes de dépôt.

-sur des délais plus longs que les délais actuels

-incluant des frais plus ou moins dissuasifs.

- et éventuellement des taux d’intérêt rémunérant mieux les fonds conservés sur de longues périodes.

Ces mesures, sont à appliquer avec précaution car elles pourraient entacher l’excellence de la réputation bancaire suisse, et provoquer des retraits massifs avant le passage de la nouvelle loi.

UBS et consort

Les grands établissements bancaires participent aux discussions avec la BNS et les autorités de régulation. Le rapport serait disponible début 2024 afin de passer pour votation au National en vue de remplacer le cadre de loi actuel dit « too big to fail .»

(Source : Market Chatter et newswires)

Pour conclure

Nous observons une tendance optimisme sur les marchés, qui voit le recul du franc suisse dans la paire EUR/CHF. Sur un fond de menaces géopolitiques larvées qui peuvent bousculer les marchés à tout moment, comme elles l’ont fait début octobre. Le front ukrainien parait figé mais le conflit au proche orient est une poudrière. La décision de la réserve fédérale américaine dans ce contexte qui consiste à calmer le jeu pour ne pas entamer la croissance américaine. Elle est un facteur de stabilité dans un environnement instable. Le cours de change de l’EUR/CHF qui fut volatile en octobre peut à tout moment subir des secousses en fonction de l’actualité. La tendance est cependant à la hausse.

Selon la plupart des analystes, nous bénéficions cependant d’une période de calme d’une dizaine de jours jusqu’à l’annonce des prochains chiffres de l’inflation, sous-jacente ou non.

Ben S Solutions de Change vous accompagne pour analyser ensemble l’évolution de la paire EUR/CHF dans un monde de plus en plus surprenant.

Nous nous retrouverons donc vendredi prochain en direct du salon des automnales ou Ben.S Solutions de Change vous y accueillera. Venez nombreux profiter du salon. Nous vous offrons des entrées. (voir plus bas)

A vendredi prochain, et bon week-end à tous.

X.C.

EUR/CHF : le record battu

EUR/CHF : le record battu

Publié le 08 December 2023 Temps de lecture < 16 min.

Vous avez été nombreux à participer à notre calendrier de l’avant.

Lire la suite >>
EUR CHF : jusqu’à la parité ?

EUR CHF : jusqu’à la parité ?

Publié le 15 March 2024 Temps de lecture < 16 min.

Il a fait 20 degrés hier à Genève, en plein mois de mars.

Lire la suite >>
Comment faire baisser l’EUR CHF en une phrase (*)

Comment faire baisser l’EUR CHF en une phrase (*)

Publié le 12 April 2024 Temps de lecture < 21 min.

Nous nous retrouvons après une pause de deux semaines et alors qu’aucun évènement économique majeur n’est venu perturber la dynamique de l’évolution des taux de l’EUR CHF, jusqu’à hier !

Lire la suite >>
La bonne nouvelle qui change la donne ?

La bonne nouvelle qui change la donne ?

Publié le 06 October 2024 Temps de lecture < 17 min.

Vous avez été nombreux à nous rejoindre au salon des frontaliers et nous tenons à vous en remercier.

Lire la suite >>

Essayez Ben S. Digital Change

Inscrivez-vous simplement, gratuitement, et sans engagement.

Inscription gratuite et sécurisée

Une question sur nos services ou sur notre plateforme numérique ? Nous vous invitons à consulter notre FAQ. Cette dernière répertorie l’ensemble des questions récurrentes.

FAQ

Vous ne trouvez pas la réponse dans notre FAQ ?

Pas de Panique ! Notre équipe est en mesure de répondre à l’intégralité de vos questions avec le sourire, par e-mail ou par téléphone.