Frontaliers Particuliers Entreprises
EUR/CHF : le record battu

EUR/CHF : le record battu

Publié le 08 December 2023 Temps de lecture < 16 min.

Vous avez été nombreux à participer à notre calendrier de l’avant.

Bonjour à tous,

Et ce n’est que le commencement. Notre équipe de direction semble avoir voulu faire concurrence au père noël cette année. Voyez par vous-même sur le site

Cette semaine riche en évènements économiques et en annonces géopolitiques a vu de forts remous sur le marché des changes, bousculé pèle mêle par de bonnes nouvelles sur le front de la lutte des états contre l’inflation, et les bons chiffres qui en découlent. Et l’évolution du taux de change de l’EUR/CHF en a surpris plus d’un. Les banquiers centraux font la pluie et le beau temps sur les cours des devises.

Les conséquences de la baisse de l’inflation en Europe et en Suisse font cette semaine la une de notre actualité sur la paire EUR/CHF, en revenant tester un support majeur au-dessus des 0.9400 EUR/CHF. Le cours de change de l’EUR/CHF hier matin a largement dépassé ses records de l’année dernière, alors que le dollar était lui, à parité avec le franc suisse il y a un an. Il en est loin.

0.9408 EUR/CHF, au taux interbancaire

Il y avait une file d’attente hier, devant les bureaux de change Ben S, pour profiter des taux de change de l’EUR/CHF exceptionnellement bas. Le moment était propice pour convertir des francs suisses en euros. Les annonces macroéconomiques de la BCE y étaient pour quelque chose. Le taux actuel reste très attractif et n’a pas beaucoup évolué.

De l’inflation, à la fluctuation des taux de change,

Mais la question se pose : Le taux de change de l’EUR/CHF va-t-il demeurer dans ces moyennes ou va-t-il chuter encore ? Il se pourrait bien qu’il remonte. L'office fédéral de la statistique, (l’OFS), a déclaré en début de semaine que l'inflation en Suisse a ralenti à 1,4% annuels en novembre. Mais il faut prendre en considération le fait que l’office fédéral du logement a rehaussé le taux hypothécaire à 1.75%

Réunion, taux et EUR/CHF

La semaine qui vient, les dirigeants de la Banque Nationale Suisse se réuniront pour débattre du sort des taux directeurs de l’institution et certainement de leur politique monétaire par rapport au franc fort.

De leurs décisions, de leurs commentaires et très éventuellement de leurs actions résulteront les tendances à venir pour la paire de devises qui nous intéresse. Il ne nous est pas permis au fait des déclarations de Mr Jordan d’imaginer une improbable décision de diminuer le taux directeur. Ou de vendre des francs suisses à un excellent taux de change pour laisser les cours de l’EUR/CHF notamment, rejoindre la parité, tout en améliorant son bilan pour reconstituer la réserve de change de la BNS, bien entamée depuis le début de l’année. Par la chute de Crédit Suisse entre autre. Crédit Suisse dont la fusion avec UBS a été annoncée hier, jeudi, pour 2024.

La semaine de l’EUR/CHF

L’EUR/CHF a entamé la semaine lundi 4 décembre à 9h00, avec un cours de change de 0.9500. Ce qui dénote déjà d’une certaine alacrité. Après un bref pic à 0.9503 EUR/CHF, la paire de devises a chuté dans la semaine jusqu’à un taux plancher de 0.9408 EUR/CHF, juste au-dessus de la résistance des 0.9400. Les annonces des banquiers européens sont en rapport direct avec cette chute de l’euro, qui a également dévissé face au dollar et à un large panier de devises.

L’USD/CHF est quant à lui, mécaniquement remonté de 0.8770 USD/CHF, à 0.8750, ce qui tend à montrer que ce n’est pas le franc suisse qui progresse mais bien l’euro qui a chuté.

La paire EUR/CHF sous pression teste donc un support à 0.9408, en réaction à un pivot majeur de la Banque Centrale Européenne. C’est une réaction à court terme dont on a pu observer l’effet boomerang sur le marché des changes. Il est peu probable que la BNS laisse le franc suisse devancer l’euro au-delà de ce qui lui est nécessaire. D’autant qu’elle a consolidé ses objectifs. Et doit probablement renforcer son bilan 2023.

Le taux de l’EUR/USD

L’EUR/USD est au plus bas depuis un mois, et depuis trois mois face à la livre, qui cote 0.8575 EUR/GBP.

Cette chute de l’euro est la conséquence de l’annonce des chiffres de l’inflation en zone euro, attendus à 3.9% pour le mois de novembre, et qui s’approchent de l’objectif de la BCE de 2%. L’inflation annuelle pour l’ensemble des pays de l’euro, s’établissant à 2.4% en novembre. Le sous-jacent à 3,6.

Le point sur les marchés

Swiss Market Index

Nous avions quitté le SMI aux alentours de 10850 points. L’indice de la bourse de Zürich a franchi les 11000 points ce mercredi, avant de décrocher tout en restant proche de la limite symbolique des 11000 points. L’annonce des chiffres suisses de l’emploi plutôt mitigés ont retenu l’engouement des investisseurs. Et les rendements du SMI ne sont pas cette semaine, les meilleurs du palmarès sur les places boursières.

A la rubrique des mariages :

Roche aquiert Carmot Therapeutics pour trois milliards de francs suisses. Et UBS va étendre sa présence en Amérique du nord.

A la rubrique des fillançailles :

Les conseils d’administrations respectifs d’UBS et de Crédit Suisse ont donc validé la fusion des deux banques prévue pour 2024. C’est le service de presse d’UBS qui a donné le la. Cette dernière a concocté un tableau financier indicatif définissant les bases de la nouvelle entité. Nombre de salariés des deux banques appréhendent ce moment lors duquel avaient été annoncé au moins 3000 licenciements.

Difficile pour eux de prononcer la phrase : Tous nos vœux de bonheur aux futurs époux (et à leurs salariés et leurs clients), sans une certaine appréhension.

Cours du brent, pétrole brut en mer du nord :

C’est la déconfiture sur les cours du pétrole. Parti de 80 dollars le baril, le cours du brut que les pays de l’OPEP avaient tenté vainement de soutenir il y a 10 jours, a entamé la semaine courante sous les 79.5 dollars le baril. Le cours de l’or noir à présent est de 75,88 dollars, et 70 pour le WTI américain. Moins 5 % sur la semaine.

Si ces cours se répercutent sur les prix à la pompe, voila qui pourrait bien nous payer la vignette 2024 !

Le pétrole est en baisse malgré les efforts et les concessions de l’Arabie Saoudite et de la Russie.

Petit aparté

La Fédération de Russie qui est parvenue à contourner les sanctions lancées contre elle il y a un an déjà, et dont les recettes budgétaires nettes globales mensuelles sont désormais couvertes pour un tiers par les recettes pétrolières et gazières.

Ce qui est largement supérieur à ce qu’elles étaient avant la guerre en Ukraine.

Le cours du baril russe était alors plafoné à 60 dollars soit 25 dollars de moins que les prix du marché de ces derniers mois. Selon Bloomberg, 11 milliards de pétrodollars s’évaporeraint entre le départ du pétrole de Russie, et son arrivée dans les pays acheteurs. D’obscures compagnie maritimes et d’autres acteurs très discrèts profitent d’un commerce lucratif en servant d’intermédiaires. Des navires ont par exemple été apperçus en mer Egée, en train de transborder en mer le pétrole destiné à des clients européens depuis un navire russe.

Or en hausse, pièces d’or en baisse.

A 2040 dollar l’once, le métal jaune est proche de ses records lui aussi. De nouveaux états cherchent à en acquérir et font monter les enchères. Mais les particuliers voyant eux, que le ciel économique et boursier se dégage brillament se disent que tout ce qui brille n’est pas or, et commencent à bouder cet investissement. Le Vreneli, la pièce de 20 francs or ,cote actuellement 351 francs suisses, tout comme le napoléon, tout deux en déconfiture de 8% en une semaine. L’or digital est mieux coté, lui. Cela reste un excellent investissement pour lequel Ben S vous aide si vous parvenez à gagner la pièce d’or qui est à votre disposition dans notre calendrier de l’avent.

Cryptomonnaies dont le bitcoin est roi

Invincible ! Après avoir été detesté par les états, les banques centrales, les banques, qui elles l’ont adopté, pour en acquérir de telle sorte, qu’alors que les autorités de régulation américaines s’attaquent aux travers d’établissement comme Binance, le bitcoin et ses paires, montent, sans s’en soucier. Il a franchi lundi le seuil symbolique des 22000 dollars. Jusqu’ou est désormais la seule question. +13% pour le bitcoin en une semaine, à 43500 USD (soit 38000 CHF au cours de change actuel). Idem pour l’ethereum à 2370. Le marché pèse à présent 1,62 trillion de dollars.

Selon Antoine Andreani, expert spécialiste des marchés financiers, la demande en cryptos croit, est populaire, et les populations technophiles souhaitent de plus en plus faire usage des crytomonnaies comme un moyen de paiement. Le Salvaor lui-même a misé sur le bitcoin et ne le regrette pas. Jusqu’à quand les établissements financiers pourront-ils tenir le monopole de la création de monnaie ? Eux qui de plus en plus nombreux, aquièrent ripples, ethereum, BTC et autres cryptos ? C’est aussi la résultante de l’augmentation des taux d’intérets qui a précipité les investisseurs vers des valeurs refuge tel le bitcoin ou l’or. Après sa chute de 2022, c’était une erreur d’enterrer l’or digital, surtout avec un bitcoin à 17000 dollar Le bitcoin a souvent chuté, et s’est toujours relevé.

Blackrock, plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a inclus les cryptos dans ses actifs. Et une banque britanique a affirmé qu’il atteindrait 100000 dollars en 2024. Souvent promis jusque là, jamais acquis.

Affaire à suivre

Ainsi, c’est fini

François Villeroy de Galhau, l’actuel gouverneur de la banque de France, a confirmé qu’il n’y aurait plus de hausse de taux en zone euro, sauf si un évènement extérieur improbable y contraignait le directoire.

Les marchés poussent un ouf…

Sa Consœur Isabel Schnabel, qui siège au conseil de la BCE en tant que responsable des opérations des marchés, des recherches et statistiques, a annoncé, après trois bulletins de santé rassurant sur l’inflation, qu’elle a radicalement changé de position. Elle qui annonçait en septembre que la BCE restait sur ses gardes, suggère à présent une possible baisse des taux d’intérêt en début 2024. Ce qui serait positif pour les économies Européennes et suisse, et ne manquerait pas d’avoir un impact pour l’EUR/CHF dont les taux remonteraient sans intervention extérieure.

C’est pourquoi il conviendra de scruter, à l’instar des marchés, le ton et les déclarations des banquiers centraux lors des réunions des banques centrales de décembre. L’inflation sera sous observation, sachant qu’une baisse trop lente des couts de la vie et des matières, pourrait ramener au discours hawkish de cet automne et soutenir l’euro.

Techniquement sur les taux de change

L’EUR/CHF a donc testé le support technique des 0.94 ce jeudi suite aux annonces de dirigeants de la BCE. Voilà trois mois que le taux de change de la paire oscille entre un plus haut à 0.9680 et un plus bas à 0.9410 EUR/CHF. Alors que la paire de devise a pris le chemin de la baisse tout au long de l’année 2023, partie de la parité au mois de janvier. A présent, le ratio entre le rendement de l’EUR/CHF et le risque, incite à racheter des euros.

Acheter des euros

La banque IG recommande l’EUR/CHF à l’achat à court terme sous la résistance clé des 0.9500 EUR/CHF, son ancien support. A noter que la BNS est toujours puissante et en position d’agir sur les cours puisque bien qu’en baisse, ses réserves de change s’établissent à 641 milliards de francs suisses contre 657 en octobre. Monsieur Jordan est-il donc allé faire des emplettes ? Sa gestion est en tout cas exemplaire et l’inflation en Suisse dans les objectifs. Merci également au pétrole, dont le cours n’a pas réalisé les désirs de certains producteurs et vidé les comptes en banque à la pompe, de ceux qui ne roulent pas à l’électrique.

Droit au but

L’inflation a atteint 1.4% en Suisse le mois dernier, selon l’office fédéral de la statistique. Le 14 décembre, la réunion de la banque centrale suisse définira probablement une nouvelle orientation. Tous les traders qui convertissent leurs francs suisses dans un sens ou dans un autre, auront le regard braqué sur la BNS. Celle-ci a confirmé actuellement qu’elle procède à des ventes de devises. Entre 26 et 35 milliards de francs suisses au troisième trimestre, et entre 12 et 16 rien qu’au mois d’octobre. Quoi qu’il en soit, les prix à la consommation ont reculé de 0.3% en novembre. Il est peu probable que les banquiers centraux réduisent les taux dans l’immédiat, mais dès le début d’année prochaine, si tout va bien.

Si vous comptiez acquérir un bien immobilier, la baisse des taux est potentielle.

Nous ne pouvons conclure sans évoquer la situation difficile de la Chine qui plonge les marchés asiatiques dans le marasme, Tokyo mis à part.

Chronique d’un krach annoncé

En Chine, ça craque de toutes parts dans certains secteurs. Le chômage des jeunes atteint des records. Et dans un certain marasme, un répit est accordé au géant chinois Evergrande, (286 milliards de francs suisses de dettes au cours du jour), qui devait être placé en liquidation, suite à ses défauts de paiement. Les emprunteurs chinois en défaut de paiement sont de plus en plus nombreux et la crise est profonde. Nous vous en parlions dans nos publications passées, Gountry Garden, second maelström immobilier du pays est dans une situation quasi similaire (130 milliards de dette, 150 selon Bloomberg). Sa faillite aurait des répercussions sur tout le système financier Chinois.

Chantiers arrêtés, prix en chute libre, le risque d’instabilité est si grand pour l’empire du milieu que le gouvernement s’est endetté, plan de relance après plans de relance.

Nous entendrons également certainement parler du groupe ZhonZhi fiduciaire des groupes immobiliers (115 milliards de francs suisses d’actifs en gérance) et incapable, lui aussi de rembourser les bénéficiaires privés et institutionnels.

Dois-t-on s’attendre à une crise des subprimes à la chinoise ? Nous ne sommes pas pressés de le savoir.

Pour conclure :

Il fait grand beau sur les marchés Européens et l’euro est plus intéressant que jamais à l’achat. Cependant, la BNS ne semble pas décidée à laisser s’envoler la paire de devises EUR/CHF. Nous gardons un œil attentif sur les réunions des 3 banques centrales FED, mercredi prochain, BNS et BCE ce jeudi qui vient, qui auront lieu la semaine prochaine, et ne manqueront pas de secouer les paires EUR/CHF et USD/CHF.

En attendant, la météo qui ne se trompe « presque » jamais (…) nous promet le retour du soleil pour jeudi. Patience. Et Ben S. Digital change une pluie de cadeau jusqu’à noël.

Il nous reste à vous souhaiter un excellent week-end, bon courage à ceux qui travaillent et à vendredi prochain pour un nouveau point explosif, (trois réunions de banques centrales en 2 jours) sur l’actualité de la paire EUR/CHF.

Bon week-end à tous. Gardez le moral, malgré le temps

X.C.

L’EUR CHF au féminin

L’EUR CHF au féminin

Publié le 08 March 2024 Temps de lecture < 18 min.

Aujourd’hui, vendredi 8 mars, journée de la femme.

Lire la suite >>
Stable comme un franc suisse

Stable comme un franc suisse

Publié le 01 September 2023 Temps de lecture < 13 min.

Aujourd’hui, vendredi 01 septembre, alors que les grandes vacances sont derrière nous, météo Suisse a de bonnes nouvelles pour les amateurs de vitamine D. apparemment l’été n’est pas fini. Nous allons pouvoir ressortir les parasols.

Lire la suite >>
Jingle bells, le franc suisse est à la fête

Jingle bells, le franc suisse est à la fête

Publié le 22 December 2023 Temps de lecture < 17 min.

L’année 2023 touche à sa fin pour la paire de devises EUR CHF, qui l’avait commencé aux abords immédiats de la parité.

Lire la suite >>
La Banque Centrale Européenne booste l’EUR/CHF

La Banque Centrale Européenne booste l’EUR/CHF

Publié le 15 September 2023 Temps de lecture < 18 min.

Cette semaine d’actualité économique sur l’EUR /CHF, nous nous intéressons aux causes et conséquence de l’évolution de la paire de devises dans un contexte particulier et nouveau qui se dessine, et nous amène à aborder les sujets suivants

Lire la suite >>

Essayez Ben S. Digital Change

Inscrivez-vous simplement, gratuitement, et sans engagement.

Inscription gratuite et sécurisée

Une question sur nos services ou sur notre plateforme numérique ? Nous vous invitons à consulter notre FAQ. Cette dernière répertorie l’ensemble des questions récurrentes.

FAQ

Vous ne trouvez pas la réponse dans notre FAQ ?

Pas de Panique ! Notre équipe est en mesure de répondre à l’intégralité de vos questions avec le sourire, par e-mail ou par téléphone.