Frontaliers Particuliers Entreprises
Euros et francs suisses en chocolat

Euros et francs suisses en chocolat

Newsletter du 28 Mars 2024

Bonjour à tous,

Nous publions ce jeudi 28 mars 2024, car demain est un jour férié en Suisse.

La Suisse, pays du chocolat ? Les chocolatiers sont à la fête des deux côtés de la frontière et en attendant la crise de foie générale, préparent œufs, poules et francs suisses en chocolat. Le taux de change du franc suisse, en chocolat ou pas face aux principales devises est en forte baisse, contrairement au cours du cacao (+300% en un an) qui provoque une flambée des prix des produits finis. Cette semaine, il sera encore question d’inflation et de taux d’intérêts, forts influent sur les cours de l’EUR CHF. La devise helvétique est à une encablure de la parité alors que les experts de certaines banques donnent le franc à moins d’un euro à l’horizon de juin.

Diminution de salaire

Quelle n’a pas été la surprise de certains clients de nos bureaux de change qui convertissent leurs salaires chaque fin de mois, de constater que celui-ci rétréci de mois en mois comme une peau de chagrin. Et de voir leurs rémunérations se tasser de 3% ce mois-ci, ce qui provoque des interrogations chez certains. Le taux de change à, ou en dessous de la parité semble corrélé pour certain avec la bonne humeur lorsque vient l’heure de convertir son salaire. Est-ce votre cas ? Si oui, vous êtes encore de bonne humeur.

Le change digital tient la parité à distance

Heureusement pour ceux d’entre vous qui utilisez le change digital, le taux de change de l’EUR CHF est un peu moins proche de la parité ces jours-ci car l’écart avec le change physique reste palpable. Cette semaine, la journée de mardi par exemple a permis d’observer un calme relatif sur les marchés des changes, à l’exception notable de la paire EUR CHF qui continuait à s’envoler. La grande question que se posent beaucoup d’épargnants après la surprise provoquée par la Banque Nationale Suisse la semaine dernière, et les mouvements spéculatifs qui s’en sont suivis, consiste à décider s’il est opportun de changer tout ou partie de leurs francs suisses en euros ou en dollars, ou si le risque de change reste acceptable à moyen terme.

Le franc suisse perdra t-il son éclat ?

L’action et le discours « dovish » de la Banque Nationale Suisse la semaine passée a donné des indications claires sur l’orientation de sa politique de gestion monétaire à venir. Les banques centrales européenne et américaine étant beaucoup plus éloignée de leurs objectifs et ayant des taux d’intérêt sans commune mesure désormais avec ceux de la BNS, ces banques agiront avec plus de prudence et auront beaucoup plus de chemin à parcourir, elles devraient réduire leurs taux d’intérêt en juin, selon la plupart des experts. Partant d’un taux d’intérêt directeur de 4,50% pour la BCE, et entre 5,25% et 5,50% pour la FED, contre désormais 1,50% pour la BNS, la marge de manœuvre n’est pas comparable. Mais tout indique que la BNS réduira de même ses taux en plusieurs phases cette année. Et plus la BNS réduira ses taux, moins l’écart exponentiel entre les taux des différentes banques centrales rendra le franc suisse attractif comme devise de réserve pour les investisseurs.

Et plus la BNS réduira ses taux, moins l’écart exponentiel entre les taux des différentes banques centrales rendra le franc suisse attractif comme devise de réserve pour les investisseurs.

“A stronger dollar to come ?”

Quant au dollar américain versus franc suisse, sa vigueur pourrait être plus importante encore du fait de la bonne santé de l’économie américaine et de la résilience de l’emploi aux Etats-Unis, additionnés à une inflation encore beaucoup plus forte, ralentissant la transmission à l’économie de la politique monétaire de la banque fédérale américaine. Ce qui, à moins que l’inflation aux USA ne se redirige vers les 2%, pourrait inciter la banque fédérale à espacer ses réduction de taux telles que promises. La banque avait prévu 5 réductions de taux cette année. Elles n’ont finalement pas débuté en mars du fait d’une inflation encore trop forte.

Franc suisse en soldes

Plus près de chez nous, le franc suisse avait progressé de 15% ces 5 dernières années, pesant sur la compétitivité des secteurs spécialisés à l’export. Les volumes d’exportation des sociétés suisses s’en étaient ressentis à un point tel, qu’ils restent inférieurs à ce qu’ils étaient avant le COVID. Même si elle affirme qu’il n’y a pas de de cause à effet, la Banque Nationale Suisse tire parti de cette baisse de taux d’intérêts qui a provoqué la chute brutale du franc suisse. Et c’est officiel, elle n’interviendra plus désormais pour faire baisser l’inflation en vendant de fortes quantités de devises puisque celle-ci parait entièrement maitrisée. On suppose même le contraire. La BNS renoue avec sa politique d’avant la crise de l’inflation qui consistait à brider le franc suisse afin de défendre les exportations du pays et de le rendre attractif. De plus, de nombreux spéculateur pratiquent le carry trade. Il s’agit d’emprunts dans des devises émises par des banques centrales ayant préservé des taux d’intérêt directeur modestes, comme c’est le cas en Suisse. Et ce dans le but d’investir dans une monnaie émise par une banque centrale qui a fortement rehaussé ses taux d’intérêt. Cela a eu pour effet conjugué à la décision de la BNS, d’amplifier la dégringolade du franc suisse ces derniers jours.

EUR CHF élevé égal Plus d’emplois !

Mais nous ne sommes pas à l’abri d’une crise dans un monde agité, qui précipiterait les investisseurs vers la réputation de stabilité du franc suisse tel que ce fut le cas ces derniers mois. Nous sommes entrés dans un nouveau paradigme comme nous l’avions vu, dans lequel l’écart entre les indices des prix à la consommation en zone euro et celui de la suisse représente aujourd’hui plus de 300 points de base. Et même 380 de différence entre les rendements des taux, qui se rapprochent de ceux de l’inflation. Tout semble indiquer que la Banque Nationale Suisse a non seulement mis un coup d’arrêt à ses ventes de devises, mais reconstitue son portefeuille de devises. De bon augure pour l’euro qui reprend ses positions d’avant crise face au franc suisse au détriment des clients frontaliers des bureaux de change. Mais si c’est bon pour l’économie suisse, cela pérennise l’emploi en Suisse.

Une semaine de cours de change du franc suisse

Toujours plus bas, le franc a cèdé du terrain mais se reprend avant paques. L’EUR CHF a continué son ascension, depuis la réunion de la BNS. Il se fixe en cette fin de semaine aux alentours de 0.9800 EUR CHF. La tendance se redirige avec une moyenne de cours ce matin sous cette résistance.

Cours hebdomadaire de l’EUR CHF

L’EUR CHF a entamé la semaine sur le marché des changes avec un taux de change interbancaire de 0.9714 EUR CHF, lundi à 9h00. Il aura atteint un plus haut à 0.9818 EUR CHF, hier à 11h40. En un mois, la paire de devise dont nous traitons chaque semaine, aura donc finalement progressé de 3%, Ce qui inaugure une période lors de laquelle l’achat du franc suisse devient désormais un placement risqué à moyen terme. A l’heure à laquelle nous écrivons ces lignes, convertir l’EUR CHF sur le marché des changes s’éffectue à un taux de 0.9765 EUR CHF.

USD CHF

USD CHF

Avec un début de mois à 0.8800, l’USD CHF a gagné moins de 2% sur le mois, soit un tiers de moins que l’euro. Sur la semaine en cours, la paire de devises qui a débuté à 0.8980, progressait hier à 0.9068 USD EUR, soit toujours un tiers de moins que l’euro. En cet instant, la paire de devise approche les 0.9060 USD CHF.

Le franc suisse reprend de la hauteur.

Petit tour des grands marchés actions et des matières premières

L’actualité économique a été dominée cette semaine par l’envolée des cours du cacao. Ce n’est pas qu’un hasard. Un suisse en consomme plusieurs kilos par an, contre 200 gramme pour un chinois moyen. Mais il y a un peu plus de chinois que de suisses.

Il faut rappeler que 75% des fèves sont produites en Afrique de l’ouest. Or, de 2000 dollars la tonne il y a 5 ans, la plante atteint désormais 10000 dollars la tonne suite à de mauvaises récoltes, et à des maladies due au climat qui affaiblissent les plantes. A quand une tonne de cacao au prix du bitcoin ou du lingot d’or ? Qui n’a pas un jour dégusté des chocolats dorés à la feuille d’or ?

Peut-être serez-vous plus compréhensif à l’égard du chocolatier en allant acheter vos chocolats de paques. Le franc suisse en chocolat, lui, n’a pas augmenté autant. Bien au contraire. Sur les marchés financiers, le trimestre qui s’achève a vu progresser le S&P500 américain et le DAX de 10%, le Nikeï de 20%, le CAC40 de 9% et le SMI d’un plus modeste 5%.

Allusion au prix comparé de l’immobilier suisse.

Swiss Market Index

Sur la place financière de Zürich, Swisscom qui a racheté ce mois-ci Vodafone Italia pour un montant de 8 milliards de francs progresse encore de 4% sur la semaine en cours. A l’inverse, la note de Sonova a été dégradée par différents analystes. Le titre recule de 4% cette semaine. L’ensemble de la place est en léger recul, à 11700 points contre 11770, la semaine passée.

Energies

Le gaz est en légère hausse, les derniers frimas de l’hiver se faisant ressentir.

⛽️ Les cours du pétrole ont régressé de manière limitée suite à l’annonce par l’agence américaine de l’énergie, d’une progression des stocks commerciaux de 3,2 million de barils, soit 1 million de moins que ce qui était attendu. Le baril de brut a atteint cette semaine 87 dollars le baril de brent, contre 10 dollars de moins en début d’année. L’embellie des marchés a pesé sur les prix de l’énergie et sur les portefeuilles des automobilistes.

D’après André Lipow IPK, la saison de maintenance des raffineries s’achèvera bientôt. En attendant, les stocks de brut augmentent en attendant d’être traités par les raffineries encore indisponibles. Sauf imprévu, il faut donc s’attendre à un renchérissement des prix du pétrole à court terme.

D’autant que l’organisation des pays producteurs se réuni le 3 avril. Un consensus se dégage sur un statut quo concernant de nouvelles réductions de la production de produits pétroliers.

Once d’or

Once d’or

Si le cours de l’once d’or coté à Londres avoisine les 2200 dollars en progression de 2% depuis vendredi à la clôture, le lingot d’un kilo d’or pur grimpe à 62700 francs suisses, soit 1.1% d’augmentation.

Le vreneli et son cousin français le napoléon progressent, eux moins raisonnablement de respectivement 1% et 2,2% à 370 francs suisses pour le cours du Vreneli, et 376 pour le napoléon. Pour rappel, les spécialistes du marché nous avaient calculé une once d’or fin à 2600 dollars avant l’été. Il sera intéressant de détailler ce qui avait motivé leur estimation. Nous l’avions fait l’an passé si le dossier vous intéresse.

Marché des crypto monnaies

C’est reparti. Un bitcoin ce matin côte 71500 dollars (64800 francs suisses au cours de change de ce jour.) Soit 6000 de plus que la semaine passée. L’ethereum, lui progresse à peine. Dans la course qui l’oppose au lingot d’or physique, le bitcoin a pris la tête. Le cours de la crypto monnaie tourne autour de celui du lingot d’or comme un électron fou autour d’un noyau d’atome. Cette comparaison entre l’or physique et l’or digital n’engage que nous mais elle nous semble riche en enseignements. La capitalisation totale du marché a retrouvé son record de 2.6 billion de dollars, (2.3 billions de francs suisses) et n’est plus qu’à un tiers de représenter la totalité des dollars et des euros en monnaie fiduciaire en circulation dans le monde.

La part des crypo monnaies en valeur, qui grignote le volume global des monnaies fiduciaires et inquiétait tant les banques centrales craignant leur remplacement à terme, commence à peser. Elle est cependant encore très loin de risquer de déstabiliser les marchés financiers. Les cryptos pèsent en revanche sur le réchauffement climatique avec un lourd bilan carbone dû à l’incroyable voracité de leur minage (fabrication qui mobilise des unités de calcul à base et l’énergie pour refroidir le matériel de calcul). D’où le retrait du milliardaire Elon Musk en mai 2021 qui avait provoqué un krach sous le prétexte qu’il s’était aperçu soudain que le bitcoin était mauvais pour l’environnement. Avant d’en racheter quelques milliers de dollars plus bas…

Tendances de cours du franc suisse selon les analystes.

UBS qui nous donnait des indications en fin 2023, campe sur ses positions de l’année dernière, maintenant ses prévisions pour un EUR CHF à 0.9700 d’ici la fin de l’année. Mais la banque estime elle aussi que l’écart extrême entre les taux d’intérêts BCE/BNS garde une possibilité de hausse à l’EUR CHF. Les récentes prévisions optimistes pour l’économie suisse, la faible croissance de la zone euro et les risques géopolitiques de cette année à risques retiennent tout de même, d’après l’institution, la hausse du cours de l’EUR CHF. On constate que la paire se repli en faveur du franc suisse avant le week-end mais la banque ouvre une prévision sur l’année.

Enfin UBS prévoit le recul du dollar en 2025, à 1,1400 EUR USD notamment. Les mouvements de croissance en zone euro sont limités à la hausse par l’EURUSD et à la baisse par les réductions de taux directeurs des banques centrales.

Nous concluons ici l’actualité de cette coute semaine sur la paire EUR CHF.

Il n’y aura pas de réunion de grandes banques centrales la semaine prochaine, et pas d’analyse hebdomadaire non plus.

Nous souhaitons d’excellentes fêtes à tous ceux d’entre vous qui fêtent paques, et une bonne dégustation aux amateurs de chocolat sous toutes ses formes. Avec ou sans crise de foie et du cacao.

Nous souhaitons d’excellentes fêtes à tous ceux d’entre vous qui fêtent paques, et une bonne dégustation aux amateurs de chocolat sous toutes ses formes. Avec ou sans crise de foie et du cacao.

Si vous avez besoin d’œufs, de poules en chocolat, et autres sources d’énergie pour aborder ce week-end de Pâques, nous vous rappelons que vous trouverez tous ces articles sélectionés dans les agences Ben S Shop and Change aux frontières, depuis 6h00 du matin jusqu’à 20H45, 7 jours sur 7. Infos sur : www.bens-shop-change.ch

Nous aurons le plaisir de nous retrouver dans 15 jours pour une nouvelle analyse des cours de change de la paire EUR CHF. Il est difficile d’être certain aujourd’hui de la position exacte que prendra l’EUR CHF. Se sera-t-il rapproché de la parité ou l’aurait-il allégrement franchi ? Cela dépendra en grande parti de la prise de position et des déclarations de la Banque Centrale Européenne le mercredi 11 avril. Mais tous les experts s’accordent à dire que la tendance est à la hausse, et que les plus hauts records des taux de change du franc suisse face aux principales devises, tels que nous les avons connus en fin d’année 2023 sont désormais derrière nous.

Bon week-end à tous de la part de toute l’équipe de la rédaction de Ben S Digital Change

X.C.

Un petit plongeon ?

Un petit plongeon ?

Publié le 22.06.2023

Voilà deux semaines que nous avons laissé derrière nous des taux de change bien éloignés de la parité, et que l’euro remonte, avec régularité.

Lire la suite >>
Euro : Un petit quart, et ça repart

Euro : Un petit quart, et ça repart

Publié le 16.06.2023

Le franc suisse a à peine vacillé, à l’annonce de la décision de la Banque Centrale Européenne, de relever ses taux d’intérêt directeurs. Le dollar a lui en revanche subit un léger recul face à l’euro.

Lire la suite >>

Essayez Ben S. Digital Change

Inscrivez-vous simplement, gratuitement, et sans engagement.

Inscription gratuite et sécurisée

Une question sur nos services ou sur notre plateforme numérique ? Nous vous invitons à consulter notre FAQ. Cette dernière répertorie l’ensemble des questions récurrentes.

FAQ

Vous ne trouvez pas la réponse dans notre FAQ ?

Pas de Panique ! Notre équipe est en mesure de répondre à l’intégralité de vos questions avec le sourire, par e-mail ou par téléphone.